Les voyagent changent-ils vraiment les personnes ?

 

 

Nous croyons souvent que le voyage est une sorte de panacée pour les pensées de chacun sur le monde et les gens qui le composent. Partez à l’étranger, soyez exposé à différentes cultures, et puis, bam, tout à coup vous aurez plus d’empathie pour les gens du monde entier et cesserez de les voir comme un « autre étranger et effrayant ».

Les livres sur les voyages exposent la croyance « Je suis allé voyager et je suis devenu une meilleure personne avec une appréciation et une tolérance plus profondes pour les autres. »

 

Les écrits sur le voyage acclament ce mantra

 

Et c’est souvent vrai. Mais seulement pour certains types de voyages.

Je crois que tout type de voyage lent, à long terme ou basé sur le service peut changer les gens. Ces types de voyages vous font sortir de votre zone de confort pendant de longues périodes. Vous ne pouvez pas simplement vous échapper pour retourner au centre de villégiature quand vous le souhaitez. Après tout, nous ne grandissons que lorsque nous repoussons nos limites, essayons de nouvelles choses et nous décrochons du confortable et du familier.

Ce type de voyage nous aide à grandir parce qu’il nous met constamment à l’épreuve lorsque nous interagissons avec de nouvelles cultures et des situations peu familières. Il nous offre de nombreux moments d’apprentissage et nous expose à des personnes que nous n’aurions peut-être pas rencontrées autrement.

Rares sont les voyageurs qui reviennent de mois – ou d’années – de voyages ou de séjours plus axés sur le service sans une appréciation et une empathie plus profondes pour notre monde et les gens qui le peuplent. 

 

Cela vaut-il pour tous les voyages ?

 

Mais les croisières (surtout ces géantes qui ne sont que des parcs à thème sur la mer) ? Les circuits pour grands groupes ? Les centres de villégiature à grande échelle ? Ou la jet-set du week-end ? Je ne crois pas que tout cela ait vraiment un impact sur la pensée des gens.

Pensez-y. Lorsque vous êtes dans un centre de villégiature, combien de temps passez-vous à interagir avec les habitants (à part ceux qui vous attendent pieds et poings liés) ?

Si vous êtes en croisière, combien de temps avez-vous l’occasion de vraiment vivre la culture locale au port ?

Si vous ne passez que trois jours quelque part, combien apprenez-vous ? Dans quelle mesure vous poussez-vous hors de votre zone de confort ?

 

Je veux dire que si tous les voyages étaient une sorte de panacée de compréhension humaine profonde, il y aurait moins de conflits politiques dans le monde. Mais ce n’est pas le cas.

Toutes ces vacances en Europe ont-elles fait changer d’avis la plupart des Américains sur les trains et les infrastructures ? Non. Alors que les sondages montrent que 86 % des Américains sont favorables à un système de train de type européen. Au moment de passer à l’action, nous n’avons même pas pu en faire décoller un en Californie, le plus libéral de tous les États ! Les gens aiment les trains tant qu’ils sont construits ailleurs.

 

Je pense que les médias de voyage vendent trop cette idée de changement. Les médias de voyage nous vendent un rêve et nous tombons dans le panneau. Parce que nous rêvons que ce voyage va nous transformer. On le veut.

Mais le changement profond et fondamental que le voyage peut apporter ne vient que lorsque vous vous poussez hors de votre zone de confort. Cela ne vient pas d’une croisière ou d’un voyage éclair en Australie. Oui, vous vous amuserez, vous apprendrez quelques trucs et vous repartirez avec des photos sympas. Même si ce voyage ne changera peut-être pas leur façon de penser, il pourrait les inciter à essayer quelque chose de nouveau ou de différent la prochaine fois. Cela pourrait être le voyage passerelle vers quelque chose de plus profond.

Tous les voyages ne conduisent pas à un changement profond. Ce n’est pas nécessaire. Parfois, vous avez juste besoin de vacances.

Articles populaires